Bienvenue dans mon Univers

Prenons un moment pour apprendre à mieux nous connaître
autour d'une bonne tisane

Image

Salut, je m'appelle Jeremy

Je suis kinésithérapeute et coach holistique spécialisé en douleurs persistantes. Je suis depuis longtemps passionné par la santé dans tous ses aspects comme le mouvement, l’alimentation, l’évolution personnelle, et la spiritualité. Je me suis donc formé en méditation et mindfulness avec le Docteur Itai Ivtzan (School of Positive Transformation), en arts énergétiques chinois avec le Docteur Liujun Jian (Institut du Quimétao – Paris), en réflexologies avec Elske Miles et Michel Odoul (Institut Français de Réflexologies – Paris), et en activités physiques adaptées (Université Paris Descartes).

 

Ma mission est de t'aider à te libérer des souffrances liées aux douleurs chroniques avec une approche équilibrée entre la médecine occidentale moderne et médecine orientale ancestrale. Full Bodhi Bloom est la quintessence de cette mission. Découvre mon histoire pour comprendre pourquoi et comment j’en suis arrivé là.

Voici mon histoire...

Passionné par le sport, comme beaucoup de petit garçon, je jouais au foot. Mais j’ai dû attendre quelques années pour me rendre compte que les sports collectifs n’étaient pas mon fort (surtout lorsqu’une balle traînait dans les parages). Je m’amuse maintenant à dire que je touchais la balle deux fois sur le match et que la moitié du temps c’était pour la perdre. Les stades remplis, les cris des supporters et les coéquipiers qui me sautent dessus lorsque je marque un but n’était donc pas pour moi.

Le mouvement a toujours été

omniprésent dans ma vie

Par contre, les arts martiaux ont été une révélation. Kung Fu, Karaté, Viet Vo Dao, Judo et Jiu Jitsu brésilien ont fait partie intégrante de ma vie. A côté de ces pratiques, je courais, nageais, grimpais, bougeais dès que je le pouvais. Le mouvement a toujours été omniprésent dans ma vie.

Toutes ces activités m’ont permis de cultiver rigueur, discipline, courage, honnêteté, droiture et empathie.

Je souhaitais d’ailleurs retrouver ces valeurs dans mon métier. Ce qui m’a poussé à vouloir être officier dans la brigade franco-allemande. Je vous avoue tout de suite que ceux qui me connaissent aujourd’hui rigolent beaucoup de cet épisode de ma vie parce que l’Armée ne correspond plus du tout à la personne que je suis devenu. Ce métier demandait de longues études et surtout un concours d’entrée sélectif auquel je devais me préparer. Je faisais donc un maximum de sport et dépassais mes limites constamment. J’étais fort ! Ou en tout cas, j’en avais l’impression… En réalité, j’étais dans un combat permanent contre mon corps, moi-même et les autres. Mais au-delà de cette lutte permanente, j’étais perdu. De nombreux masques cachaient ma réelle identité, que je ne connaissais même pas moi-même.

J’étais dans un combat permanent contre mon corps, moi-même et les autres

J’ai dû attendre mes 18 ans pour commencer à découvrir qui se cachait au fond de moi

Je n’étais plus dans une lutte mais dans l’union avec moi-même et les autres

Et c’est avec un livre que l’aventure a commencé. Il s’est imposé à moi, et comme une évidence je sentais que je devais le lire. Pendant que je le dévorais, je mettais en application les leçons que j’en retirais. Le plus important a été pour moi de réaliser que je trouvais mon bonheur en aidant les autres. Je n’avais jamais vu le monde sous cet angle. Cette découverte a été un tournant dans ma vie. Je n’étais plus dans une lutte mais dans l’union avec moi-même et les autres.

A partir de cet instant, tout tournait autour de cet objectif : aider les autres. Je me réveillais à 4h30 tous les matins pour m’entraîner en Tai Chi, Qi Gong, méditation et yoga. J’étudiais toute la journée à l’Université en STAPS. Je restais à la bibliothèque après mes cours pour lire un maximum de livres sur la santé tant physique, psychologique que sociale. Après mon entraînement du soir, je continuais à lire, étudier et méditer jusqu’à 22h30. Mes week-ends étaient souvent dédiés à mes formations en réflexologie ou Dao de l’Harmonie. 

Ce n’est pas pour autant
que j’avais réussi à trouver un équilibre

Il faut savoir que je me suis toujours senti différent des autres. Ce sentiment de fossé était devenu tellement fort, que je ne voyais plus que deux solutions. Soit je quittais la société pour méditer quelque part en Asie, soit je décidais d’y rester auquel cas je devais m’y conformer un minimum tout en gardant mon intégrité. J’avoue que la première possibilité m’attirait beaucoup à cette époque (d’ailleurs j’avais déjà presque la coupe de cheveux requise). Mais, j’ai finalement choisi la deuxième option parce que selon moi la meilleure façon d’aider les personnes dans cette société était d’y vivre pour expérimenter les mêmes difficultés et créer des outils adaptés à notre vie quotidienne. Autrement dit, je préférais participer au changement du système de l’intérieur et non de l’extérieur.

Image

Je me suis toujours senti différent des autres, jamais à ma place pleinement

Il me restait à découvrir comment aider les autres

Image

Pour cela, le décès de mon grand-père a été révélateur. Pourtant, pour beaucoup cet évènement pourrait sembler banal de l’extérieur. Un parcours de fin de vie « classique ». Fracture du col du fémur lors d’une première chute qui  déclenche une cascade d’hospitalisations-sorties-rechutes. Jusqu’à être placé en maison de repos où son état se dégradait progressivement. Je le reconnaissais de moins en moins. Je me sentais désemparé, impuissant et incapable de l’aider ou même d’entrer en contact avec lui. En le voyant couché dans son lit, amaigri et à peine conscient de son environnement, je me suis promis de ne jamais me retrouver dans cet état et d’aider toutes les personnes que je pouvais à l’éviter aussi. C’est à ce moment que j’étudiais des techniques permettant d’augmenter la longévité. Ce premier décès dans ma vie a donc été un tournant. Je comprenais que je ne voulais pas seulement faire du préventif grâce aux activités physiques mais je sentais un appel à aider les autres à se soigner. Et je développais une passion pour les « maladies » que la médecine allopathique avait des difficultés à aider. Parce que je sentais chez les personnes souffrant de ces maladies le même désespoir et incompréhension qu’avait mon grand-père dans ses yeux.

Je me suis promis de ne jamais me retrouver dans cet état et d’aider toutes les personnes que je pouvais à l’éviter aussi

Mais j'avais crée des déséquilibres

dont je devais m'occuper

Je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait

Très vite, le rythme que je m’étais imposé pour apprendre à aider les autres et tous les sacrifices que je faisais ont progressivement crée des déséquilibres en moi, dont je ne comprenais pas l’origine. J’étais très fatigué, je n’arrivais plus à me concentrer, j’avais régulièrement des douleurs au bas du dos toujours au même endroit. Je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait. Mais surtout, je n’arrivais même plus à donner aux autres, ce qui me remplissait pourtant tellement.  

 

En arrivant en Belgique, j’ai rencontré des personnes qui me sont aujourd’hui très chères et qui, comme moi, ont une sensibilité très forte. Ils m’ont donné des outils pour comprendre ce qu’il m’arrivait et pour prendre d’abord soin de moi, à me donner à moi-même avant de pouvoir donner aux autres. J’ai appris à remplir tellement mon bol que je pouvais donner aux autres tout le débordement.

Je n’arrivais même plus à donner aux autres

Finalement tout s'est connecté...

Parallèlement à ces outils que j’utilisais pour me transformer, je suivais mes études en kinésithérapie. Et c’est à la suite d’un cours que j’ai fait la connexion. Tous les outils que j’utilisais au quotidien depuis des années pouvaient pleinement aider les personnes souffrant des troubles par lesquels j’étais passionné : les douleurs chroniques (persistantes ou récurrentes). Mal au dos, aux genoux, aux épaules, aux hanches, migraines, fibromyalgie, arthrose, SDRC et bien d’autres… J’avais enfin accès à des solutions scientifiques qui renforçaient mes ressentis et mes expériences. Il fallait prendre la personne dans sa globalité, tant au niveau physique, psychologique que social.

 

Je sentais toutefois au plus profond de moi qu’il manquait un aspect à ce modèle. Au début, je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus… Jusqu’au jour où… Juste avant d’aller me coucher, me trouvant littéralement sous une ampoule avant d’éteindre la lumière, une révélation m’est apparue. C’était comme une évidence : « c’est la spiritualité qui manque » ! A partir de là, je me suis lancé dans de longues heures de recherches à éplucher la littérature scientifique pour y découvrir de nombreuses preuves montrant les effets de la spiritualité sur la santé et plus spécifiquement sur la gestion des douleurs.

Et c’est ainsi que je mets maintenant à ta disposition mes connaissances, mes recherches et mes expériences. Bien sûr, je ne suis pas un magicien. Je partage simplement avec toi ce que j’ai pu apprendre dans ma vie. J’espère profondément que ces partages te seront utiles pour reprendre de l’autonomie et changer ta vie.

Je te souhaite quoi qu’il en soit le meilleur et reste à ta disposition si tu as besoin d’aide.

Avec tout mon Soutien 

Image
Image