Je suis tellement heureuse
que tu sois ici

Installons-nous confortablement et apprenons à nous connaître

Image

Salut, je m'appelle Marion

Je suis kinésithérapeute et coache holistique spécialisée dans la douleur persistante. Étant depuis toujours passionnée par la nutrition, je me forme actuellement en nutrition holistique à l’IIN (Institute of Integrative Nutrition – New York) et en nutrithérapie au Cerden (Centre Européen pour la Recherche, le Développement et l’Enseignement de la Nutrition). Full Bodhi Bloom est plus qu'un projet pour moi, c'est une mission pour t'aider à prendre le chemin de la guérison dans lequel tu trouveras un bel épanouissement. Mon histoire ci-dessous est l'inspiration derrière cette mission et la raison pour laquelle je souhaite t'accompagner sur ton chemin de transformation.

Comment tout a commencé...

Grâce à la maman que j’ai et à son pouvoir de détermination à toujours continuer et avancer malgré les tempêtes et les ouragans, j’ai appris qu’il ne fallait jamais baisser les bras même dans les moments les plus difficiles, même quand tout nous fait penser qu’il n’y a plus d’issue. J’ai appris qu’il fallait perpétuellement croire en Soi et à son Pouvoir intérieur pour nous mener au bon endroit et au bon moment.

Les choses n’ont pas toujours été faciles. Mon enfance a été pour le moins mouvementée, avec des parents divorcés depuis que j’ai moins de deux ans et une obligation à être en garde alternée. Des démarches juridiques, un procès contre mon père et finalement la libération de ne plus avoir l’obligation de cette garde.

Née à 6 mois et demi, les problèmes de santé ont commencé. Insuffisance respiratoire, transférée dans un autre hôpital loin de ma maman, des tuyaux dans tous les sens pour tenter de me maintenir en vie. En couveuse pendant plus d’un mois et finalement l’envie de vivre et la force de vie qui déborde. Et moi, Marion à peine quelques semaines, je décide d’arracher tous ces tuyaux qui me maintiennent artificiellement en vie pour prendre mon premier vrai souffle et exister en toute autonomie.

Mais je savais que les choses n’allaient pas du tout

J’ai malgré tout une santé fragile et diagnostiquée asthmatique, je suis « condamnée » à vivre avec des pufs, des crises d’asthme et une maladie dite incurable. Disons que le climat familial n’aidait pas forcément cet état, puisque j’avais littéralement l’impression d’étouffer lorsque j’étais chez mon père. A à peine 6 ans, je fais des crises d’asthme tellement rapprochées et tellement fortes que j’ai l’impression que je vais mourir. Je finis par me faire hospitaliser. Malgré mon jeune âge, je sais que les choses ne vont pas et je ne veux pas rester dans cet état. Ma mère essaie tout.

Finalement, je vais chez un médecin qui essaie de comprendre les choses différemment, qui me pose beaucoup de questions et qui surtout me laisse m’exprimer. Il met des mots sur mes maux, je peux extérioriser la douleur, la colère, la tristesse et ce que je vis au quotidien et surtout je me sens écoutée. A partir de ce moment-là, les crises ont commencé à être de moins en moins fréquentes et de moins en moins fortes. Jusqu’à disparaître complètement à mes 12 ans.

Je voulais vivre mon rêve

À peine un an plus tard, me voilà seule à Paris. Je veux danser et mon rêve est d’en faire mon métier. Je combine donc les études, la danse et la distance avec ma famille. Je suis tout le temps épuisée et je ne comprends pas. D’ailleurs personne ne me croit vraiment. J’ai 13 ans, je devrais avoir une énergie débordante. Et pourtant… Je finis par me faire diagnostiquer d’une mononucléose. Une fois qu’elle était à sa fin…

Image

Mais je me sentais vide et perdue

Le temps passe, les années défilent et je suis toujours à Paris. Toujours à danser, à faire mes études mais en plus de cela maintenant je gère seule tout mon quotidien à 16 ans à peine. La ville me déconnecte petit à petit de qui je suis réellement. Je me perds et je suis profondément malheureuse. Pourtant tout devrait bien aller, j’ai une mère et des frères et sœurs qui m’aiment, je vis mon rêve : danser et je suis dans une des plus belles villes du monde. Mais je me sens vide et perdue. Je développe des troubles du comportement alimentaire, une vision complètement déformée de mon corps et j’ai décidé de faire de mon corps mon ennemi, je lutte littéralement contre lui. Je ne suis pas assez mince, assez grande, assez souple etc… Jusqu’au jour où il lâche. J’ai 18 ans, mes douleurs pendant les règles deviennent insupportables, je suis allongée sous antidouleurs, j’ai l’impression d’avoir des contractions. Mon corps essayaient juste d’éliminer la vingtaine de polypes (tumeurs bénignes) qui se trouvaient dans mon utérus. Je réussi mon bac, je rentre en Belgique, je me fais opérer et les choses s’empirent. Je commence les études en dentisterie, je tombe malade toutes les semaines, mes troubles du comportement alimentaire sont de pires en pires, je me fais vomir presque tous les jours. Ma santé est en chute libre et je suis encore plus perdue qu’avant. Pourtant, tout a l’air d’aller parfaitement. J’ai des copines, je suis toujours celle qui est prête à sortir, rigoler, s’amuser. Mais je suis vide, comme je ne l’ai jamais été.

J'avais touché le fond Mais je savais que j'étais capable de rebondir

Je décide d’aller chez le médecin parce que je me rends bien compte qu’il y a quelque chose qui cloche. Il me fait un bilan complet, une grosse prise de sang et les résultats arrivent : je suis en carence extrême, il a rarement vu ça et il ne sait même pas comment je fais pour tenir encore debout et pour passer mes examens. En plus de ces carences, mes hormones sont complètement déréglées. Il me prescrit tout un tas de médicaments et de compléments alimentaires. Je les prends pendant quelque temps, mais je sais que sur du long terme ce n’est pas une solution. Je décide de considérer cette béquille chimique comme provisoire et de mettre en place les changements nécessaire dans ma vie pour que les choses s’améliorent et surtout que je puisse être 100% autonome sur ma santé.

Tout change quand je rencontre quelqu’un qui me comprend, qui comprend ce que je vis et qui m’écoute. Je commence doucement à soigner mes troubles du comportement alimentaire, l’image de mon corps, ma relation à la nourriture…

Ce chemin est long, sinueux, avec des hauts et des bas. Mais je sais que c’est juste. Je décide de reprendre mon pouvoir, mes responsabilités parce que je sais que personne d’autre ne fera le travail à ma place.

Un nouveau départ

Image

A ce moment-là, je décide de me réorienter professionnellement pour faire quelque chose qui est plus aligné avec qui je suis. Je commence les études en kinésithérapie. En parallèle à ça, je cherche, je teste, je fais des essais erreurs avec des outils me permettant d’améliorer ma santé. Je sais que la route ne sera pas linéaire, je sais que les résultats ne seront pas immédiats. Mais je décide de me lancer dans ce chemin de guérison complète. Je change d’alimentation, je trouve une façon de faire du sport qui me convienne, je travaille sur mes blessures et surtout, je donne du sens à ma vie.

Depuis que j’ai fait le choix de suivre mon chemin, et d’arrêter de prendre celui qu’on m’avait indiqué, ma santé est meilleure qu’elle ne l’a jamais été. Je sens que je suis pleinement connectée à qui je suis, j’ai plus d’énergie que je n’en ai jamais eu, une paix intérieure avec moi-même ainsi qu’avec les autres. Et j’ai fait le choix d’évoluer perpétuellement pour moi et pour les autres.

C’est pourquoi je souhaite t'aider à faire de même…

Avec tout mon Amour

Image
Image